Accueil » À propos » Développement durable » Acier recyclé

Plus de renseignements sur l’acier recyclé

L’acier recyclé est le produit de construction « écolo » de choix.

 

La construction a un impact majeur sur notre environnement naturel. En Amérique du Nord, l’environnement  construit est responsable de près du tiers des émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que de la consommation d’énergie, d’eau et de matériaux.  Compte tenu de la sensibilisation croissante à la construction « écolo », l’acier demeure le matériau de choix en raison de sa haute teneur en matières recyclées et de son excellente recyclabilité.

L’acier est le matériau le plus recyclé au monde et près de 70 millions de tonnes d’acier sont recyclées en Amérique du nord ou exportées aux fins de recyclage, pour des motifs à la fois économiques et environnementaux.  Le recyclage de l’acier est et sera toujours économique. Si deux kilogrammes sur trois de nouvel acier proviennent « d’ancien »  acier,  il est toutefois nécessaire de continuer à exploiter certains gisements vierges pour soutenir la production de nouvel acier compte tenu de la longue durée de service utile des bâtiments, ponts, appareils et autres infrastructures.

Une fois le minerai de fer extrait et affiné sous forme d’acier, il peut être utilisé sans fin. L’acier est donc le matériau de choix de l’industrie pour toute stratégie de construction durable. Deux technologies sont utilisées de nos jours pour fabriquer de l’acier, les deux exigeant la transformation « d’ancien » acier en « nouvel » acier.  La fusion de ces technologies apporte aux aciéries canadiennes la flexibilité nécessaire pour produire diverses qualités d’acier adaptées à une vaste gamme d’applications et de produits.

D’une automobile à un pont puis a un ponceau et de nouveau à une automobile.

L’acier présente une propriété unique que l’on ne retrouve chez aucun autre matériau, soit la possibilité de le recycler d’un bout à l’autre de la chaîne de valeur. Ainsi, le recyclage en boucle ouverte permet de fondre une automobile pour en faire des boîtes de conserve et de recycler celles-ci sous forme de nouvel appareil, de poutre structurelle pour la construction d’un pont ou d’un édifice, ou de produits de drainage en tôle ondulée tels des ponceaux. 

Contrairement à ses concurrents, le recyclage est chose normale au sein de l’industrie de l’acier. L’industrie de l’acier nord-américaine récupère et recycle l’acier depuis plus de 150 ans par l’entremise de plus de 1 800 transformateurs de ferraille et un réseau pan-continental de 12 000 désassembleurs d’automobiles. Grâce aux énormes quantités « d’ancien » acier fournies aux aciéries, l’industrie de l’acier est devenue le plus grand recycleur d’acier au Canada, à raison de huit millions de tonnes par an.

La teneur en matières recyclées des produits de construction en acier est très élevée.

Les producteurs d’acier canadiens emploient deux technologies pour approvisionner le marché de la construction et ses utilisations finales, à savoir le four électrique à arc et le convertisseur à oxygène.

La technologie du four électrique à arc, axée sur la ferraille, utilise près de 100 pour cent de ferraille comme matière première. Les aciers ainsi produits servent à la fabrication de produits de constructions tels que ponceaux et autres produits de drainage, systèmes de rétention d’eau souterrain, toitures et bardages commerciaux, charpente d’acier, platelage et solives de plancher, là où la robustesse est de rigueur.

La technologie traditionnelle du convertisseur à oxygène emploie règle générale 25 pour cent de mitraille d’acier (« ancien acier ») pour fabriquer du nouvel acier. Les aciers fabriqués par convertisseur à oxygène sont destinés à des produits dont l’aptitude du formage est requise. Parmi ces produits notons les panneaux extérieurs pour carrosseries automobiles, les arbres de roue, les tubes hydrauliques de forme, les panneaux extérieurs d’appareils, les revêtements de porte résidentielle, et le conditionnement des conserves de soupe et produits de construction.

[ Source : Canadian Steel Pipe Institute, Technical Bulletins, cspi.ca ]